L’Inde – Un drapeau où flotte la couleur verte

Plus de 1,2 milliard de personnes vivent en Inde, ce qui en fait le deuxième pays du monde en termes de population. Les initiatives visant à éliminer la pauvreté ont amélioré les conditions de vie de très nombreuses personnes. Une population si nombreuse ne peut pas vivre un développement économique et social rapide sans que des effets néfastes pour l'environnement ne se fassent sentir dans le pays tout entier. Les Indiens ne veulent pas que le développement de leur pays se fasse aux dépens de la planète : les mesures prises pour minimiser l'impact environnemental du pays commencent à se voir. Ces initiatives ne se limitent pas à des généralités, elles impliquent également de grandes sociétés et des gens qui mettent leur temps, leur savoir et leurs ressources finanières au service de l’environnement. Parmi les grands succès, il faut citer l’initiative intitulée Ma terre, mon devoir (My Earth My Duty) diffusée par la chaîne d’actualités indienne Zee News, qui émet 24 heures sur 24.

 

MEMDA-banner

 

Ma Terre mon devoir découle de la stratégie de responsabilité sociale (SRS) dont Zee News s’est dotée. Elle vise à sensibiliser la nation indienne à l’environnement, en mobilisant notamment le pays pour planter des arbres. Née en 2010, cette initiative prend actuellement la forme d'une manifestation annuelle qui commence chaque année le 5 juin (à la Journée mondiale de l'environnement) et qui prend de l'ampleur jusqu'à une journée choisie en août ou en septembre, au cours de laquelle les volontaires plantent des arbres dans le pays tout entier. Des écoliers, des chefs et des communautés religieuses, l’armée, des ministres et des célébrités se sont ainsi engagés bénévolement.

 

Cette année, pour la Journée mondiale de l’environnement, Zee News organise une remise des prix à New Delhi pour Ma Terre mon devoir , afin de donner à des individus, des collectivités et des entreprises la reconnaissance qu’ils méritent. La cérémonie sera filmée et diffusée sur les canaux de Zee Network. Le but est de lancer un mouvement qui prenne de l’ampleur jusqu’aux trois jours du mois d’août consacrés au plantage des arbres. Amita Dahiya, Volontaire des Nations Unies participant au projet: "La fête de l'Indépendance tombe le 15 août. L’Inde célèbre le 65ème anniversaire de son indépendance et la couleur verte figure à notre drapeau. Nous avons prévu de lier les deux et d’engager davantage de partenaires pour une économie plus verte. »

 

DSCN11942

Le plantage d’arbres a connu un grand succès dans le passé. Huit millions d'arbres ont été plantés au total au cours des deux éditions de cette manifestation en 2010 et 2011. Ces deux années-là, les organisateurs n’ont eu qu’une journée à disposition pour planter les arbres. et ce ans tout le pays, de Leh au nord à Kanyakumari au sud. Rien qu'en 2011, plus de 50 millions de volontaires se sont manifestés pour planter et prendre soin des arbustes partout où ils ont été plantés. Il est très ardu de lancer une campagne nationale proche des gens dans un pays aussi vaste et aussi diversifié.

 

« Entre juin et septembre 2011, on a organisé toute une série de manifestations sur le terrain, des rallyes, des séminaires, des camps, des concours de dessin et du théâtre de rue. Pour faire la promotion de cette initiative, les organisateurs ont utilisé les médias sociaux, surtout Facebook, YouTube et Twitter ainsi que leur site web. Zee News a ouvert des espaces publicitaires dans les magazines et les journaux et à la radio. Ils ont diffusé cette manifestation directement par des SMS et ont lancé des opérations promotionnelles dans les cafés, les lounges d'aéroport et d'autres lieux publics. Ils ont pris tout cela en charge au titre de leur programme de responsabilité sociale."

 

« Zee News a mis à contribution ses canaux nationaux et régionaux afin de surmonter les barrières de langue et de culture. Ils travaillent dans cinq langues (hindi, marathi, bengali, telugu, anglais) Ce faisant ils touchent les zones rurales aussi bien qu’urbaines en Inde. »

 

Amita, qui a planté un arbre au cours d’une manifestation à Delhi, décrit à quel point l’ambiance est survoltée. « Il y avait dans les 500 écoliers et le président du WWF. La plantation proprement dite a été coordonnée par des membres du groupe de travail spécial sur l’écologie du gouvernement. Les bénévoles qui se sont chargés de l'organisation avaient déjà creusé les trous, nous n'avions plus qu'à y mettre les plantons. Ils ont facilité la vie de tout le monde. Au total, je pense que là où j’étais nous avons planté plus de 500 arbres. »

 

Elle ajoute: "C'était un jour de semaine, nous avons planté les arbres le matin. Nous avons fini vers 11 heures, mais ils ont assuré la coordination pour en planter d’autres ailleurs de sorte que la télévision puisse faire des reportages en direct pendant toute la journée sur différents sites. De plus, il y avait des gens qui ne pouvaient pas être physiquement présents pour planter eux-mêmes mais qui ont pris des engagements en ligne pour que quelqu’un le fasse pour eux et en leur nom. »

 

Les arbres ont été achetés par des agences qui appuyaient cette initative, comme le Ministère de la jeunesse et des sports ou le Groupe de travail spécial sur l’écologie. Les dons du public ont également été utilisés pour acheter davantage d'arbustes. Les terres appartenaient à l'Etat, à des villages ou mis à disposition par les partenaires de la campagne. Les organisateurs se sont assurés que les arbres avaient été choisis en adéquation avec les écosystèmes qui les ont reçus et qu'une fois plantés, les arbres fassent l'objet d'un suivi de leur croissance et de leur santé.

 

Ma Terre, mon devoir est une bonne plateforme et un bon rappel que nous ne pouvons survivre longtemps sans être en harmonie avec la nature.  Elle nous donne tout en abondance, il faut donc que nous prenions collectivement la responsabilité de la préserver pour les générations futures. » dit Amita. « Nous devons prendre soin de la planète. Nous devons apprendre et comprendre à quel point il est important d’assurer un futur durable. C’est une bonne façon d’en savoir plus sur la nature et sur sa protection. »

Lorsque nous lui avons demandé quel avait été son plus grand succès au cours de cette campagne, Amita nous a répondu ainsi : « Nous avons passé les barrières de la diversité, de la langue et de la culture pour nous unir et pour relier des gens venant de toute l'Inde au service d'une cause unique. Parmi eux, il y avait des gens de l’Inde rurale sans accès à la radio, c'était difficile mais nous y sommes parvenus. Notre plus grand succès est peut-être encore à venir, si cette campagne se fait dans d’autres pays, si d’autres font comme nous. »

Loading script and Flickr images